Abisal – LAVA

Dans Abisal on poétise autour de la transmission, il est donc aussi question de subsistance. L’acte magique d’accepter et recevoir un lieu dans le monde qui nous est donné et ses possibilités. Un héritage qui nous apporte identité et appartenance.

La pièce, qui poursuit la ligne de mes créations, est représentée à travers différents tableaux : mode de survie, lutte et adaptation, annotations sur la communauté, le déracinement et certaines de ses conséquences, l’amour entant que contact et aussi comme preuve de respect, le pouvoir comme signe d’indifférence et de soumission, des rites et des tableaux de l’érotisme à l’ésotérisme.

Des nombreux symboles sont représentés dans la pièce. Ils évoquent la protection, la spiritualité, les obstacles et le chemin lié à cette inspiratrice notion de l’héritage.

Six sont les interprètes qui communiquent par le langage dansé un voyage à travers des images, comme on le ferai à travers les vers d’une chanson.

On me demande pourquoi Abisal comme titre… je dirais que parce que cela évoque tout simplement profondeur et pureté. Un lieu existant mais néanmoins inaccessible. De l’eau parmi les sédiments et l’air, l’ombre, le calme, la faune inimaginable et un lieu impossible d’être habité par nous les humains. Un rapprochement avec l’inconscient, l’individuel et aussi le collectif. Et dans sa notion la plus matérielle, l’héritage géographique.

La transmission est intimement liée à l’appartenance car c’est le message qui nous fait perdurer, il contient toutes les formes possibles qu’un groupe a choisi pour subsister et comprendre comment tout cela s’opère seul le monde magique et inexplicable le sait.

J’invite le public à sentir la pièce en partant de ce concept. Dans la pièce il n’y a pas de personnes avec des histoires mais plutôt des faits qui prennent corps à travers des figures qui dansent.

Chaque fois que l’on me pose des questions sur une pièce de danse je pense : « n’exigez pas à la danse d’être un texte, il s’agît d’une autre manière de comprendre que nous sommes vivant.e.s. Une pièce de danse se donne à vous, sans plus, depuis ses profondeurs ».

Daniel Abreu

Directeur artistique de Lava Compagnie de Danse

FICHE ARTISTIQUE

TITRE | ABISAL

CRÉATION ET DIRECTION | Daniel Abreu

INTERPRÈTES | Danseu.r.se.s de la compagnie Lava

COSTUMES | Leo Martínez

LUMIÈRES | Irene Cantero y Daniel Abreu

RÉPÉTITRICE | Dácil González

COORDINATION TECHNIQUE | Daniel Badal

ATTACHÉE DE PRODUCTION | Begoña Domínguez PRODUCTION | Auditorio de Ténériffe

LAVA COMPAGNIE DE DANSE

DIRECTEUR ARTISTIQUE DE L’AUDITORIO DE TÉNÉRIFFE | José Luis Rivero Plasencia

RESPONSABLE DE PROJETS ARTISTIQUES DE L’AUDITORIO DE TENERIFE | Enrique Camacho

DIRECTEUR ARTISTIQUE | Daniel Abreu

RÉPÉTITRICE | Dácil González

PRODUCTION | Begoña Domínguez et Yeray Piñero

RESPONSABLE DE PRODUCTION TECHNIQUE | Jorge Cabrera

REGISSEUR GÉNÉRAL | Daniel Badal ADMINISTRATION DE PRODUCTION | Loida Delgado

DANIEL ABREU

DIRECTEUR ARTISTIQUE DE LAVA-COMPAGNIE DE DANSE

Originaire de Ténériffe (Espagne), Daniel Abreu est danseur et chorégraphe. En tant qu’interprète il développe sa carrière auprès de plusieurs compagnies et collectifs de danse et théâtre de la scène national, en tant que créateur, il possède une longue trajectoire marquée par plus de soixante productions qui ont pu être vues dans plusieurs pays où elles ont été reconnues par la critique, le public et ont reçu également diverses distinctions, le situant parmi les chorégraphes nationaux les plus reconnus.

Parmi les prix et distinctions obtenues lors de son parcours le Prix National de Danse 2014, dans la catégorie de création, mérite une mention spéciale, attribué par le Ministère de l’Éducation, Culture et Sports. En 2018, il attire toute l’attention aux Prix Max (Prix Nationaux des Arts de la Scène) car il y reçoit tous les prix auxquels il était nommé : Prix au Meilleur Spectacle de Danse, Prix à la Meilleure Chorégraphie et Prix au Meilleur Interprète Masculin de Danse pour sa pièce « La Desnudez ». D’autres prix remportés tout le long de sa carrière sont le Prix à la Meilleure Direction à INDIFESTIVAL de Santander 2010, le Prix du Jury à la Chorégraphie dans le XVIIIè Concours Chorégraphique de Madrid (2005), le Prix Fundación AISGE (société de gestion collective des droits des artistes interprètes ou exécutants en Espagne), la distinction de danseur remarquable qui lui permet d’assister à l’American Dance Festival (2005), prix reçu dans le cadre du XVIII Concours Chorégraphique de Madrid (2005), ainsi que la mention de danseur le plus remarquable du IV Concours Chorégraphique de Maspalomas (1999). En 2015, il est nommé Citoyen d’Honneur par l’Illustre Mairie de la Matanza de Acentejo (Ténériffe).

En parallèle à la direction de sa propre compagnie, il est nommé directeur artistique de la compagnie de danse Lava, compagnie résidente de l’Auditorio de Ténériffe.

Garganta – LAVA

Dans le travail que je présente ici, les trois interprètes rentrent dans un univers changeant portant l’idée du cheminement, du lieu de passage. Que ça soit la vie en elle-même ou un simple fragment, tout mène au mouvement dispersé. La présence des trois interprètes suggère un monde de liens possibles entre eux et aussi avec l’invisible qui les entoure, avec l’intuitif. Dans la construction chorégraphique je choisis des éléments qui me traversent et j’essaie de les évoquer plutôt que d’élaborer un récit afin d’ouvrir d’autres mondes : un espace vide, gris, dans lequel rentrent des morceaux de bois comme des murs, des outils de chasse et possibles lits . L’espace se transforme à travers la lumière et la propre machinerie du théâtre pour parler de la beauté limitante. Les interprètes se bousculent entre eux à une vitesse vertigineuse dans la danse et finissent dans une mer de nuages. Ils disparaissent entre des voix, avec les voix, laissant entrevoir que chacun construit le lieu qu’il habite.

Fiche artistique

Conception et direction : Daniel Abreu

Interprètes : Paloma Hurtado · Laura Marrero · Daniel Morales

Matières chorégraphiques : Daniel Abreu · Paloma Hurtado ·  Laura Marrero · Daniel Morales

Création lumières : Irene Cantero

Production : Auditorio de Ténériffe

Beyond – LAVA

Qu’est-ce que un être humain sans paysage ?

Anne Michaels

L’expérience d’une quête à travers les paysages émotionnels de la mémoire.

Un scénario d’incertitude qui nous oblige continuellement à créer ou réfléchir à propos de notre propre itinéraire vital, à propos de notre paysage celui que, de façon consciente ou fortuite, nous bâtissons.

LA INTRUSA

C’est une compagnie de création artistique contemporaine créée en 1996 et dirigée par Virginia García et Damián Muñoz. Ils obtiennent la reconnaissance à leur travail scénique lors de leurs vingt ans sur scène, en 2015.  Cet année, ils reçoivent le Prix National de Danse.

Leur travail est marqué, depuis ses débuts, par la capacité de créer de spectacles poétiques, avec un fort impact visuel et émotionnel, toujours avec la volonté de connecter avec le public dans un registre intimiste.

Le point de départ de La Intrusa a toujours été caractérisé par les réflexions qui les animent et leur envie de partager cette pulsion vitale en transposant sur la scène ses questionnements à travers de métaphores en mouvement, des images, des sons et des mots.

Ils créent, dirigent et produisent des projets scéniques et audiovisuels qui ont fait l’objet de plusieurs prix. Ils ont présenté leurs créations dans divers théâtres nationaux et internationaux comme le Downtown Dance Festival à New York, Le Festival Grec de Barcelone, le Festival International Madrid en Danza, les Festivales Internacionales de las redes norte, noroeste y centro au Mexique, le Festival Viva Dança de Brasil et le Mercat de les Flors à Barcelone, entre autres.

Ils réalisent des créations scéniques sous commande d’autres compagnies comme ce fût le cas pour Carte Blanche pour la Compagnie Nationale de Danse de Norvège, Delfos Danza au Mexique, Aretha Maciel au Brésil et Kukai Danza en Espagne, entre autres.

Ils collaborent en tant que conseillers artistiques du mouvement dans des pièces de théâtre dirigées par des metteurs en scène renommés. Ils ont également reçu des prix au niveau national et international tant pour leur créations scéniques comme pour leurs créations audiovisuelles.

FICHE ARTISTIQUE

Direction : La Intrusa (Virginia García · Damiá, Muñoz)

Conception et création : La Intrusa en collaboration avec les interprètes

Mise en scène : Virginia García

Textes : Ana Redondo (La Intrusa)

Bande son originale : Jesús Díaz

Interprètes : Luis Agorreta · Javier Arozena · Emiliana Battista Marino · Samuel Déiz· Carmen Fumero · Virginia Martín

Costume et lumières : La Intrusa avec l’équipe de l’Auditorio de Ténériffe

Assistance technique : Jordi Berch

Bending the walls – LAVA

Bending the Walls est une production de Korzo Theater et de Nederlands Dans Theater.

Bending the Walls est une exploration sur le monde des restrictions et limitations dans notre quête du bonheur, de la liberté et de la compréhension du monde. La pièce questionne les limites physiques et psychologiques présentes à notre intérieur et dans le monde qui nous entoure.

C’est une métaphore des forces psychologiques, physiques et émotionnelles auxquelles les humains peuvent faire face pour transcender la réalité perceptible, surmonter les afflictions et s’échapper dans à un monde d’imagination.

FERNANDO HERNANDO MAGADAN

Le chorégraphe espagnol Fernando Hernando Magadan étudie au Real Conservatorio de Danza de Madrid, London, Studio Center et la Central School of Ballet à Londres avant d’intégrer la compagnie Nederlands Dans Theater 2 aux Pays Bas pour ensuite rejoindre la compagnie Nederlands Dans Theater 1.

Il a travaillé avec des prestigieux chorégraphes tels que Jiří Kylián, Mats Ek, Sol León, Paul Lightfoot, Ohad Naharin, Johan Inger, Crystal Pite et Hofesh Schechter, entre autres.

Fernando Hernando Magadan a créé des pièces pour des compagnies comme NDT 1 et 2, Luna Negra Dance Theater à Chicago, Cross Connection Ballet Company à Copenhangue, Ballet Mainz en Allemagne, Donlon Dance Company à Saarbrüken, Ballet British Columbia à Vancouver et Luzerne Theater en Suisse, entre autres.

Il est un des chorégraphes associés au Théâtre Korzo à La Haye. Il a créé la chorégraphie pour Nierka, une superproduction multidisciplinaire dirigée par le designer Tunac Martir presentée en première à Londres en 2012. Sa chorégraphie El tiempo es una casa a été présentée à la chaîne de télévision culturelle russe.

Sa pièce solo Rouse a été présentée ensemble avec les Étoiles du Ballet de Hambourg.

Il a collaboré avec le quator Turtle Island, prix Grammy, dans leur pièce Royal Road. En 2013 il a été invité à participer au Gala des Prix Benois de la Danse au Théâtre Bolchoï de Moscou.

Hernando Magadán collabore assidument avec le département pédagogique de la NDT et a coordonné SWITCH, l’atelier chorégraphique pendant plusieurs années. Il a été, par ailleurs, invité à donner des cours à la faculté de danse de Rome, Architanz le Centre International de la Danse de Tokyo, à l’Université de Caroline du Nord, à l’Institut de Ballet Incollballet de Colombie, à l’Université Hollins à New York, à l’École Supérieur des Arts à Houston, à l’École Arts Umbrella de Vancouver et au Conservatoire Supérieur de Danse María de Ávila de Madrid.

Après avoir occupé le poste de directeur de répétitions pendant deux ans, Fernando est actuellement directeur artistique de la compagnie NTD2.

Fiche Artistique

Chorégraphie : Fernando Hernando Magadan

Répétiteur : Dominic Santia

Création musicale : Luis Hernaiz

Texte-voix : Gary Hill, Around and About (1980)

Interprètes : Luis Agorreta · Javier Arozena · Emiliana Battista

Costumes : Annemarije van Harten

Lumières : Tom Visser

Mise en scène : Yvan Dubreuil

Première : 16/03/2018, Korzo Theater, La Haye

Durée : 33 min

YALACHA – LAVA

Chacun d’entre nous créé son propre son.

Je dois vivre ma vie et créer mon propre son à travers celui des autres.

Quel est le son que tu crées?

DONGKYU KIM

FICHE ARTISTIQUE

Conception et chorégraphie : Roy Assaf

Artiste associé : Ariel Freedman

Costumes : Leo Martínez

Lumières : Roy Assaf en collaboration avec Daniel Badal

Durée : 25 min

Première : 1 décembre 2019

HUSH – LAVA

En regardant Hush, je vous invite à ignorer l’inébranlable tentation de chercher une trame, rejetez tout besoin obstiné de comprendre, faites confiance à votre instinct et intuition —restant sincère et honnête à ce sujet— et suivez votre tendre cœur qui a une énorme capacité à imaginer.

ROY ASSAF

FICHE ARTISTIQUE

Conception et chorégraphie : Roy Assaf

Artiste associé : Ariel Freedman

Costumes : Leo Martínez

Lumières : Roy Assaf en collaboration avec Daniel Badal

Durée : 25 min

Première : 1 décembre 2019